PRÉPARER ET RÉUSSIR SON ENTRETIEN

Une fois n’est pas coutume on va parler de l’entretien d’embauche.

Comment bien se préparer et réussir?

Différentes formes d’entretien existent

Il s’agit fréquemment d’un face à face entre le candidat et un employeur. Le candidat peut aussi se trouver face à un jury de personnes. Plusieurs candidats peuvent également être reçus ensemble et le recruteur les fait alors débattre sur une question, un thème ou analyser un projet.

Le choix dépend souvent de ce que l’employeur veut examiner et du type de poste à pourvoir.

L’entretien de groupe est fréquent dans le domaine commercial : il permet de tester le comportement d’argumentation, de négociation, de défense du point de vue…

Plusieurs entretiens peuvent se succéder avant que l’employeur ne prenne la décision de vous embaucher : un premier entretien avec une personne du service du personnel, un entretien avec la ou les personne(s) qui encadreront ou collaboreront avec la personne recrutée, un entretien final avec le responsable du personnel ou le dirigeant de l’entreprise.

Attention à l’entretien informel ! Après une candidature spontanée, par exemple, il peut ne pas y avoir de poste dans l’immédiat au sein d’une structure mais la rencontre ou le contact téléphonique permettent de présenter le contexte de l’entreprise, son activité et ses perspectives de développement. C’est ici un moyen de vérifier si la candidature est réellement intéressante pour l’entreprise.

618975-20281694


Comment se préparer à un entretien de recrutement ?

  1. Avant l’entretien. …
  2. Soyez professionnel(le) …
  3. Soignez votre présentation. …
  4. Gardez votre calme. …
  5. Soyez confiant(e) …
  6. Faites en sorte que le recruteur se souvienne de vous.
  7. Prenez du temps pour préparer votre entretien.
  8. Renseignez-vous sur l’entreprise qui recrute.
  9. Analysez votre CV et trouvez vos atouts pour le poste.
  10. Regardez vos faiblesses en face.
  11. Préparez votre pitch, entraînez-vous à la prise de parole.
  12. Bien préparer toutes ses affaires.

Comment montrer sa motivation pour un poste ?

  1. Dire que l’on est intéressé par le poste du fait de la rémunération.
  2. Exprimer son intérêt pour l’entreprise car elle est située à 5 minutes de chez vous.
  3. Contacter le recruteur tous les jours pour lui dire que l’on veut le poste.

Waiting for interview

Différentes phases composent l’entretien

Un entretien se déroule généralement en trois temps :

  • Le premier contact et l’entrée en matière : soyez attentif à ce qui va frapper votre interlocuteur et lui donner tout de suite une certaine image de vous (ponctualité, présentation, façon d’entrer, de dire bonjour, de serrer la main, de s’asseoir, courtoisie, qualité d’écoute, premières paroles).
  • Le corps de l’entretien : sachez parler de vous, vous présenter vous, votre projet, vos motivations pour le poste et la cohérence entre ces trois aspects. Répondez aux questions de votre interlocuteur pour l’informer avec précision et le rassurer. Manifestez de l’intérêt pour son entreprise, le poste à pourvoir en le questionnant à votre tour, en valorisant vos compétences et aptitudes avec des exemples concrets.
  • La conclusion : à la fin de l’entretien, abordez la question des conditions de travail, du salaire, des perspectives d’évolution. Puis convenez d’un délai pour connaître de la décision finale. Qui sera à l’initiative de la nouvelle et par quel biais ?

Préparez-vous aux questions pièges!

Quels sont vos défauts / vos points faibles ?

Le but du recruteur est de mieux comprendre votre personnalité.

Quelles sont vos qualités ?

A contrario, la plupart des recruteurs vont vous demander quelles sont vos qualités. Là aussi, il est important de doser sa réponse.

Quelle est la réponse ultime ?

Le recruteur vous teste pour voir comment vous réagissez face à une situation inattendue, il cherche à vous déstabiliser. Dans ce cas, restez calme. Tentez de trouver une parade : répondez par l’humour ou retournez la question sans y répondre.

Parlez-moi de vous…

C’est la porte ouverte à toutes les fenêtres. Le recruteur sera particulièrement attentif aux points qui sont les plus importants pour vous.

Pourquoi avez-vous démissionné ?

C’est la question piège par excellence : évitez de répondre « parce que je ne supportais plus la pression », « parce que mon chef était un incapable », ou « parce que je ne me voyais pas rester 6 mois dans la même entreprise ». 2 mots d’ordre : ne dénigrez pas votre ancienne boîte et évitez de dévoiler des éléments qui pourraient prouver votre inadéquation avec le poste convoité.

Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

« À ta place » ! Si cette question doit vous permettre de prouver que votre projet professionnel est réfléchi, elle ne doit pas vous pousser à dévoiler trop (ou trop peu) d’ambition. Comme toujours, restez cohérent et mesuré. Et renseignez vous en amont : si l’entreprise applique un plan de carrière défini pour votre poste, répondez en fonction de ce dernier.

Vous avez des questions ?

« C’est payé combien ? » Si la question de la rémunération n’a pas été évoquée jusqu’alors, profiter de cette occasion pour poser la question n’est pas interdit. Mais ne soyez pas trop direct, et pensez à évoquer aussi (et d’abord) les aspects non-financiers. Se renseigner sur les RTT c’est normal, mais ça ne doit pas être votre préoccupation N°1  quand vous postulez. Ou tout du moins, ce n’est pas l’impression que vous devez donner au recruteur 😉


Évitez de dire les phrases à ne pas dire!

« Laissez-moi me présenter… » : en entretien d’embauche, vous êtes l’invité, c’est donc au recruteur de « mener la danse » prendre l’initiative de raconter son histoire peut paraître prétentieux et ringard. Le recruteur sait qui vous êtes puisqu’il vous a convoqué après avoir reçu votre candidature…

« Combien de temps durera l’entretien ? » : cette question peut montrer votre impatience, et risque de passer pour de l’impolitesse. Montrez-vous entièrement disponible pour le recruteur en prenant votre journée car dans certaines entreprises, d’autres entretiens peuvent succéder au premier dans la foulée.

« Désolé je n’ai pas eu le temps de me renseigner sur le poste/votre entreprise » : n’avouez jamais cela ! Sauf évidemment si vous êtes pris en flagrant délit d’ignorance et que vous avez une très bonne raison pour cela. Mais si l’entreprise vous intéresse un tant soit peu, vous connaissez forcément un peu son activité !

« J’avais fait le tour de mon poste » : de manière générale,parler négativement de son ancien poste est à proscrire.  Avoir fait le tour de son poste peut signifier que vous avez une tendance à l’ennui, que vous n’avez pas su proposer à votre ex-employeur des évolutions dans votre mission. Et cela risque de compromettre votre candidature si vous postulez au même type de poste…

« Mon ancien patron est un incompétent » : critiquer votre ancien employeur ? Oubliez de suite ! Cela donnera une image très négative de vous, pas de votre ancienne entreprise. Et montrera que vous n’êtes pas forcément discret, objectif et que votre personnalité peut poser problème, peu importe qui était responsable de la mauvaise entente.

« J’ai absolument besoin de ce travail ! » : montrer que vous êtes aux abois n’apportera rien, si ce n’est de mettre le recruteur en position de force pour vous faire avaler des couleuvres et vous faire accepter ses conditions en matière de contrat, de salaire, d’horaires… Idem pour les « je suis prêt à tout pour travailler chez vous » qui sont à bannir.

« Désolée, je suis très stressé » : pas la peine d’en rajouter, si vous l’êtes, le recruteur l’a sans doute déjà remarqué. Tenter d’attirer sa pitié ne résoudra donc rien… De plus, montrer que vous manquez de confiance en vous peut jouer en votre défaveur.

 « Je l’ai déjà précisé sur mon CV » : dites-vous que si votre interlocuteur vous pose une question à laquelle vous avez déjà répondu à travers votre CV ou dans votre lettre de motivation, c’est pour une raison bien précise ! Il souhaite sans doute approfondir le sujet. Ou bien il n’a pas lu entièrement votre candidature… Dans tous les cas, répondez sans vous agacer, en donnant éventuellement quelques détails supplémentaires utiles.

« Je suis le meilleur » ou « Je travaille trop » : à part vous faire passer pour un prétentieux, ce genre de phrases n’est pas franchement utile. Laissez le soin à l’employeur de découvrir vos qualités par lui-même au cours de l’entrevue est bien moins risqué !

« En quoi consiste l’activité de votre entreprise ? » : certes, à la fin de l’entretien, le recruteur demande souvent au candidat s’il celui-ci a des questions… Mais poser celle-ci reviendrait à reconnaître que vous ne vous êtes pas renseigné sur l’entreprise avant votre entretien. Ce que tout bon candidat se doit de faire systématiquement.

« Je ne m’en souviens pas » : si vous êtes commercial et l’on vous demande votre chiffre d’affaires de l’année passée, optez plutôt pour « je n’ai pas le chiffre précis en tête mais essayez tout de même de donner une fourchette de prix pour conserver votre crédibilité.

« Je n’ai pas de question » : n’avoir aucune question en fin d’entretien peut passer pour un manque d’intérêt pour l’entreprise et le poste. Même si pour vous tout semble clair, n’hésitez pas à demander des précisions sur la mission qui serait la vôtre, les termes du contrat (date de démarrage…) ou sur d’autres détails (hormis le salaire et les avantages sociaux qui seront abordés en second entretien). Cela montrera l’intérêt que vous avez pour l’entreprise.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s